EELV Val-de-Marne tient à exprimer sa pleine solidarité envers Khaled Ben-Mohamed et Michel Laval

EELV Val-de-Marne tient à exprimer sa pleine solidarité envers ses membres, Khaled Ben-Mohamed (élu à Vitry-sur-Seine) et Michel Laval (élu à Joinville-le-Pont), tous deux gravement mis en cause de façon injuste au sein même de leurs conseils municipaux respectifs.

En effet, lors du Conseil municipal du 1er juillet 2015 de Vitry-sur-Seine, alors que son groupe politique le propose comme candidat pour représenter la ville de Vitry au sein de l’association « l’Académie des banlieues », Khaled Ben-Mohamed est mis en cause par Mme Isabelle Agier qui le  qualifie de « salafiste » et l’accuse, sans en apporter aucune preuve, d’avoir commis « des actes répréhensibles lors de la précédente mandature». Dans le contexte actuel de montée des extrémismes religieux et de terrorisme, ces accusations sans aucun fondement ne sont qu’une manœuvre grossière pour jeter le discrédit sur un élu engagé et respecté. Malgré la demande faite à M. Jean-Claude Kennedy, maire de Vitry, de voir ces propos retirés et que des excuses soient présentées à notre collègue, Mme Agier a campé sur ses positions sans être contredite par le maire.

De son côté, lors du Conseil municipal du 29 juin 2015 de Joinville-le-Pont, Michel Laval a été qualifié d’« antisémite » par Olivier Dosne, maire de la ville. Solidaire de la cause Palestinienne depuis de nombreuses années, Michel Laval n’a jamais fait d’amalgame entre la politique de l’Etat hébreux qu’il condamne et la situation des Juifs de France qui appartiennent à notre communauté nationale.

On peine à comprendre l’utilité réelle de ce type de propos au sein d’un Conseil municipal, si ce n’est une volonté claire de nuire aux personnes visées. Car est-il vraiment utile de préciser que Khaled Ben-Mohamed n’est pas salafiste et Michel Laval pas davantage antisémite ? Par contre, tous deux sont des élus combatifs, qui n’ont pas peur de dénoncer les politiques qui leur semblent injustes ou inefficaces. On prendra donc ces tentatives de diffamation comme une preuve que nos collègues font sans doute un peu trop bien leur travail d’élu. Faute d’arguments valables à leur opposer, on s’attaque donc à leur personne pour tenter de les discréditer. La manœuvre, quelque peu puérile, pourrait prêter à rire si elle n’avait pas des conséquences aussi graves.

EELV dénonce avec fermeté ces pratiques et de tels propos qui n’ont pour seules conséquences, au-delà de blesser profondément nos collègues, que de continuer à diviser notre société au travers de dangereux amalgames. Plus encore, ces attitudes irresponsables discréditent en premier lieu nos instances républicaines et nos valeurs démocratiques. EELV apportera son soutien à toutes les initiatives que nos élus souhaiteraient engager pour obtenir réparation.

Remonter