EELV condamne la baisse de la subvention d’AIRPARIF

La baisse de 15 % de la subvention de l’Etat à Airparif est un non-sens écologique et politique.

Alors que Paris accueille en décembre 2015 la COP21, que l’Ile-de-France a subi plusieurs épisodes de pollution et que nous risquons d’en connaître d’autres dans les années à venir, nous apprenons avec stupeur que la subvention accordée par l’Etat à l’association Airparif est amputée de 15 %.

Cette décision est un non-sens écologique incompréhensible. La pollution de l’air constitue un enjeu fondamental de santé publique. Airparif, en charge de la mesure de la qualité de l’air en Île-de-France et chaînon central du dispositif d’alerte en cas de pic de pollution répond à une préoccupation environnementale majeure des citoyens, en produisant et en fournissant des données scientifiques sur l’évolution de la qualité de l’air dans la région Ile de France, dans un cadre transparent et indépendant. Ces données sont indispensables pour construire des politiques publiques adaptées à la lutte contre la pollution de l’air.

Nous soutenons l’action des élu-es EELV d’Ile de France dont celle de Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, qui se mobilisent pour que l’Etat revienne sur sa décision. Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, et Stéphane Prat, Maire Adjoint à l’écologie urbaine et au plan climat énergie à Ivry-sur-Seine ont interpellé Ségolène Royal, Ministre de l’écologie et du développement durable.

La lutte contre la pollution de l’air doit être une priorité de santé publique. Airparif constitue, pour cela, un outil incontournable qui doit être préservé.

 

Remonter